Geneviève Linder, aumônier de prison

Geneviève LINDER, à droite, lors de la rencontre entre Mgr LÉONARD et l’équipe d’animation pastorale de la paroisse, le 25/10/2013.

Je m’appelle Geneviève LINDER ; mon mari et moi sommes laïcs dominicains et vivons depuis 40 ans à Rebecq. Je suis actuellement aumônier à la prison d’Ittre. Il y a huit ans, j’ai été envoyée dans cette prison par mon évêque pour y vivre une mission d’Église au service de l’Évangile : « Porter la bonne nouvelle aux pauvres et aux captifs la délivrance » (Mt 25,36).

Je suis heureuse de me trouver aujourd’hui dans ma paroisse pour témoigner de ce que vit l’aumônerie à Ittre. Nous formons une véritable cellule d’Église ; nous sommes l’Église de l’ombre, celle qui est méconnue, voire même sans intérêt pour les chrétiens du dehors. Heureusement la paroisse de sainte Alix à Bruxelles nous soutient et nous venons de celer un jumelage avec elle.

Nous venons de lire la parabole du semeur ; elle peut très bien illustrer notre mission au sein de la prison. Apparemment, comme ce semeur, l’aumônier n’a pas beaucoup de chance dans cet univers dur et difficile. Il se peut bien que ce qu’il sème se perde ou se laisse étouffer par les mauvaises herbes, et que le travail de l’aumônier paraisse bien inutile. Cependant, malgré les apparences, la récolte est bien là, et même surabondante.

Notre équipe d’aumônerie est constituée d’un frère dominicain, Patrick GILLARD, de Pauline, une laïque, maman de famille et de moi-même. La prison d’Ittre c’est environ 460 détenus, tous des hommes, dont un bon nombre sont d’origine étrangère ; ils y purgent des peines allant de cinq ans à la perpétuité.

Qui rencontrons-nous ? Beaucoup de détenus ont perdu le sens de la vie en société ; certains n’y ont même jamais été insérés. Ils n’ont que peu de repères et ne savent pas vers qui se tourner. L’absence de modèle parental, la pauvreté matérielle, une scolarité peu soutenue et inachevée, l’illettrisme et les problèmes de santé physique ou mentale sont bien souvent les causes de leur marginalité. La prison est avant tout un monde de misère, de profonde souffrance et de violence.

La prison d’Ittre

L’aumônier rencontre les détenus individuellement en accordant une priorité aux punis, aux détenus au cachot, aux gars vulnérables et fragiles, aux malades, aux isolés, aux sans visites, à ceux qui ne sortent pas de leur cellule et à ceux qui arrivent transférés d’une autre prison. Il accède librement aux cellules et est généralement bien accueilli, souvent même attendu par ceux qui n’ont aucune attache avec l’Église. Il est leur hôte, le détenu le reçoit chez lui et y met souvent tout son cœur.

Nous avons des mots clés : Présence, Passeur, Fraternité, Éveil, Dignité, Communauté en sont les maîtres-mots. L’aumônier est d’abord une présence qui crée une relation, qui reçoit la souffrance avec compassion et la porte avec distance ; il se fait proche dans la discrétion et le respect. Toujours disponible, il offre son écoute. Il est un passeur qui accompagne dans la fidélité et ouvre sur un Autre. Il aide à repenser sa vie et à envisager sa réinsertion avec espoir.

L’aumônier crée des liens de fraternité. Convaincu de l’importance de ces liens pour la survie de l’homme, c’est dans cette expérience de fraternité que le détenu peut petit à petit retrouver la confiance et réapprendre à gérer ses relations. Dans l’isolement, le détenu a parfois le sentiment de ne plus exister pour personne, d’être mort pour les autres et le monde qui l’entoure. L’envie de se suicider est fréquente. La seule personne vers qui se tourner est Dieu. C’est alors qu’il renoue avec ce Dieu qu’il a connu dans son enfance, au catéchisme ou à l’école. Beaucoup de détenus prient en prison ! Certains gars trouvent dans le missel « Magnificat » une façon de structurer leur journée au rythme des prières du matin, du soir et des lectures du jour. La prière du chapelet est tout particulièrement à l’honneur et beaucoup de détenus portent leur chapelet autour du cou.

À la fois veilleur et éveilleur, l’aumônier est un instrument entre les mains de Dieu ; il fait confiance au travail de l’Esprit. Souvent, le détenu lui offre le don de sa foi ; l’aumônier observe les pas de Dieu dans la vie de celui qu’il rencontre. Il favorise la dignité à l’exemple de Jésus qui accueillait sans préjugés, sans a priori, ouvrant un chemin de libération à ceux qui cherchent un chemin d’humanité.

Les aumôniers et les détenus forment une communauté qui se réunit pour l’Eucharistie (30 détenus maximum autorisés), la prière et le partage de la parole. Le recueillement et la qualité de la prière sont particulièrement intenses durant les célébrations qu’accompagnent une chorale de détenus et une guitariste. Les groupes de prière réunissent une vingtaine de détenus qui peuvent prier et louer le Seigneur devant le Saint Sacrement. Dans ce milieu d’isolement et de mise à l’écart de l’humain, la communauté constitue à la fois un réel soutien et un lieu de paix.

Je voudrais aussi vous lire une très belle prière écrite par un détenu :

Comme Tu m’accueilles

 Seigneur, Toi qui m’aimes tel que je suis
et non tel que je rêve d’être,
aide-moi à vivre avec mes ombres et mes lumières,
mes douceurs et mes colères,
mes rires et mes larmes,
mon passé et mon présent.
Donne-moi de m’accueillir
comme Toi Tu m’accueilles,
de m’aimer comme Toi Tu m’aimes.

Délivre-moi du remords de Judas
qui, entrant en lui-même, n’a pas su s’en sortir,
épouvanté et désespéré
devant l’immensité de son péché.
Accorde-moi le repentir de Pierre
qui a su rencontrer Ton regard,
appel silencieux chargé de tendresse.
Et, si je dois comme lui pleurer,
que ce ne soit pas sur mon orgueil humilié
mais sur ton Amour offensé et blessé.

Pour terminer, je confie à vos prières ces personnes qui constituent la cellule d’Église de la prison d’Ittre, et nous pourrons être en communion d’Esprit lors de la messe de Noël, qui chez nous aura lieu aussi le mardi 24 décembre et sera célébrée par Mgr Léonard qui est un habitué de l’aumônerie.

 Rebecq, le 25/10/2013, à l’occasion de la visite pastorale de Mgr LÉONARD dans notre paroisse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.